• Le collectif de défense de la maison des jeunes d’Haubourdin a gagné une bataille !

    L’assemblée générale du 22 octobre qui devait acter la dissolution de la maison des jeunes a été interrompue pour cause de non-respect des statuts et n’a pu procéder à cette liquidation pure et simple.

    Il a quand même fallu que les membres du collectif de soutien bataillent pendant plus d’une heure pour faire entendre raison à M Loridan, président de l’association. La déclaration du porte-parole de ce collectif était pourtant claire  « Les statuts de cette association ont été depuis plusieurs années gravement bafoués […] le conseil d'administration, qui n'a pas été renouvelé comme prévu dans les statuts, ainsi que le bureau n'ont aucune légitimité pour diriger cette assemblée. » Par ailleurs, les 1200 signatures de la pétition contre la dissolution de la MJH étaient là pour témoigner de l’attachement des haubourdinois à cette association. Malgré cela, malgré aussi les conclusions de la commissaire aux comptes qui se montrait optimiste pour l’année 2013, rien n’y faisait. Il aura fallu les interventions répétées de plusieurs membres de l’asso et l'allusion à un chèque douteux* pour convaincre le CA de la nécessité de reporter cette AG.

    Finalement, l’assemblée générale a été interrompue et une nouvelle assemblée aura lieu le 27 novembre prochain, dans le respect des statuts cette fois-ci.

    La section d’Haubourdin du PCF se félicite de cette victoire mais invite tous les haubourdinois à poursuivre la mobilisation en prenant leur carte d’adhérent et en étant présents le 27 novembre pour voter contre la dissolution de la MJH.

    *Interrogé sur un chèque de 29 000 (et quelques) euros (!) pointé par la commissaire aux comptes, le président explique qu'il s'est "trompé" en rédigeant le chèque. Il s'agissait d'un chèque de 2900 euros (et quelques) destiné à payer les services d'un avocat. Le chèque indique bien une somme en chiffres de 2900 euros (et quelques) mais M Loridan a bel et bien libellé en toutes lettres " vingt-neuf mille euros (et quelques)". Une erreur dans ce sens, c'est vraiment très rare !... C'est d'ailleurs pour cela que les banques tiennent toujours compte de la somme écrite en lettres. Une autre question se pose alors : pourquoi la banque, qui a dû remarquer la différence entre la somme en chiffres et celle en lettres, a-t-elle payé sans sourciller? Elle ne se serait pas renseignée auprès de l'émetteur du chèque alors que celui-ci était disproportionné par rapport aux dépenses habituelles ? Tout cela est vraiment très surprenant ! Autre surprise, le chèque est adressé à un avocat dont le travail s'est conclu par une préconisation : dissoudre l'association pour licencier le directeur. Un petit calcul rapide et l'on s'aperçoit que ces 29000 euros correspondent peu ou prou  (émoluments de l'avocat retirés) aux indemnités de licenciement qu'il faudrait verser au directeur pour son départ. C'est probablement une coïncidence, mais il y a des coïncidences bizarres...

    Rappel : Les Maisons des Jeunes sont des structures associatives qui  ont pour objectif la responsabilisation et l'autonomie des citoyens. Elles veulent lier jeunesse et culture dans une perspective d'éducation populaire. A Haubourdin, les activités proposées par la MJH reviennent moins cher aux familles que celles qui sont proposées par le centre social.

    Maison des jeunes d’Haubourdin

    47 rue Rouget de Lisle 59320 HAUBOURDIN

    Tél : 03.20.50.48.34

    Adhésion : de 3 à 8 euros (selon l’âge et le lieu de réésidence)


    votre commentaire
  •  

    Tu pass pass et tu paies

    Instauration de nouvelles amendes, Coût supplémentaire pour les collègiens, augmentation du prix du ticket... Si au fur et à mesure de son installation, le dispositif Passpass multiplie les coups bas pour les usagers des transports, c'est parce que derrière la carte violette se cache le dernier outil des prestataires privés pour rentabiliser leur capital... en taxant le voyageur.

    Chère et peu pratique

    La mise en place de la carte Passpass a couté plus de 21 millions d'euros. Elle apporte à l'usager beaucoup d'inconvénients par rapport aux maigres avantages qu'elle procure :
    - Le dispositif comporte 3 cartes et plus de 7 formules différentes. Bonjour la simplification !
    - Les abonnés se voient obligés de composter leur ticket à chaque correspondance sous
    peine de payer une amende de 5 euros.
    -
    Les nouveaux usagers devront payer 4€ leur carte Pass pass et 0.20€ leur ticket rechargeable.
    - Lycéens et collégiens font les frais de sa mise en place : la fin de la gratuité des transports pour les lycéens avait été justifiée par la mise en place d'un nouveau tarif. En cette rentrée 2013, ce sont les collégiens, dont le transport est habituellement gratuit, qui ont été obligés de débourser 45€50 pour faire face aux problèmes de mise en place de la carte.
    - Transpole n'ayant pas embauché assez d'agents pour répondre aux nouveaux besoins, il faut souvent attendre plus d'une heure pour effectuer les nouvelles formalités. Salariés comme usagers sont donc les premières victimes du manque de concertation dans la mise en place du système Pass pass.

    Intrusive et liberticide

    Le dispositif Passpass sera capable d'enregistrer chaque trajet tout en recoupant ces informations avec les données personnelles de l’usager. Cette pratique pourrait ouvrir la boîte de Pandore de l’exploitation de leurs données à des fins diverses. Les données seront partagées avec les autres opérateurs de transports qui pourront s'en servir à des fins promotionnelles.
    Bien que Transpole commercialise des titres de transport anonymes, la nouvelle tarification dissuade de leur utilisation en réservant certains services à la carte personnelle.

    Les 21 millions d'euros nécessaires à la mise en place du dispositif Passpass et l'augmentation de la TVA décidées par le gouvernement PS / Europe Écologie s'annoncent comme des signes avant-coureurs des tarifs des transports en 2014.
    Le prix des transports ont augmenté de plus de 20% en 4 ans. C'est plus que l'inflation. Un
    service public devrait se soucier en premier lieu de leur accessibilité pour les plus pauvres.

    Parkéon : un partenariat Perdant-Perdant

    A l'instar de nombreux services, la CUDL a confié le sytème Passpass à une multinationale: le groupe Parkéon, endetté et soumis à la pression de son actionnaire principal.
    Le mise en place a été sous-vendue, impliquant un retard de livraison de plus d'un an. Usagers comme salariés ont subi les conséquences de ce choix : 15 millions de pénalités de retard ont été offertes à Parkéon.

    Propositions

    Pour la mise en place de transports accessibles à tous, le Front de Gauche propose :
    A court terme :
    - Baisser et simplifier les tarifs tout en gardant le principe d'une carte unique
    - La fin du bippage pour les abonnés et la fin du flicage des usagers des transports
    A moyen terme :
    - La gratuité des transports métropolitains
    - L'instauration d'une régie publique des transports impliquant les usagers et les
    salariés de Transpole


    votre commentaire
  • Des fleurs pour le square Elise Peucelle à Haubourdin

    Mercredi dernier 19 juin, les amoureux du square Elise Peucelle, un petit espace vert situé entre la tour des Alpes et le pavillon Jura dans le quartier du Parc, se sont retrouvés pour poursuivre l’action d'embellissement qu’ils y avaient menée il y a deux mois.

    Le 24 avril dernier en effet, sous l’impulsion de Viviane Deltour, présidente de la CNL au Parc, grands et petits s’étaient donné un premier rendez-vous pour nettoyer cet espace et lui rendre tout son éclat. Une opération citoyenne particulièrement réussie car depuis, chacun avait appris à respecter ce lieu et le laisser propre. Pour encourager cette initiative, la municipalité avait promis des fleurs…

    Les fleurs sont enfin arrivées. Viviane a donc lancé un second appel aux enfants et à leurs parents : « Venez nous aider à embellir le square, venez apprendre à planter des fleurs. » Et une fois encore, elle a été entendue. C’est ainsi que, malgré une météo très incertaine, petits et grands se sont retrouvés pour fleurir l’endroit. Une tâche pas si facile ! Il a fallu commencer par désherber les futures plates-bandes. Un rude travail ! Il fut néanmoins mené à bien grâce à la ténacité de tous les petits jardiniers en herbe  et à l’aide aimable et efficace d’un employé de Partenord, appelé à la rescousse. Et puis il fallait les conseils techniques d’un professionnel. Viviane s’était assuré le concours de Monsieur Thomas, jardinier de la ville. C’est lui qui a conseillé le choix des plantes en fonction de leurs couleurs, a expliqué qu’il fallait arroser copieusement la terre avant et après la plantation. Il fallait bien écouter ses conseils. Mais quel plaisir ensuite de disposer délicatement dans la terre les fleurs qui allaient illuminer le square !  Les enfants ont adoré s’adonner aux joies du jardinage. Encore une belle initiative réussie. Une de ces actions citoyennes qui permettent de tisser des liens et vivre ensemble.. mieux.

    Quel nouveau projet Viviane a-t-elle en tête ? Elle ne nous a encore rien dit mais gageons que sa prochaine action sera tout aussi intéressante.

    Initiative locale de la CNL : des fleurs pour le square Peucelle à Haubourdin

    Chacun s'active car les fleurs attendent...

    Initiative locale de la CNL : des fleurs pour le square Peucelle à Haubourdin

     

     


    votre commentaire
  • Liberté Hebdo a besoin de vous

    Notre journal a pris un nouveau départ avec le lancement de sa nouvelle formule. Il démarre une campagne de souscription et d’abonnements.

    La crise n’épargne personne et donc pas notre hebdomadaire régional. Des aides à la presse et des recettes publicitaires qui ne cessent de diminuer ; des frais d’impression ou d’envoi qui, eux, ne cessent d’augmenter ; tout cela pèse lourdement sur le budget. Sans compter les évolutions que rencontre l’ensemble de la presse écrite : avènement d’internet, des journaux numériques et de l’information en continu...

    Des difficultés d’autant plus rudes évidemment pour la presse d’opinion. Vous le voyez, l’avenir de notre journal n’est donc malheureusement pas assuré. À l’heure où s’accélèrent les restructurations et les concentrations des titres aux mains de grands groupes, « Liberté-Hebdo » reste l’un des rares à être totalement indépendants des puissances financières et économiques. C’est votre journal ! C’est notre richesse, notre fierté. Quelle richesse et quelle fierté aussi que de faire entendre une voix originale, unique au sein de la presse régionale.

    C’est un combat de chaque instant et ce combat, vous le savez, passe par les ressources financières. Ainsi, pour continuer à faire avancer les idées de progrès, à porter une voix différente, à être le relais des luttes, nous lançons une grande campagne de souscription, conjuguée à une large campagne d’abonnement.

    Nous en appelons à la mobilisation du plus grand nombre, lecteurs, diffuseurs, militants, progressistes, amis du journal, tous ceux qui sont attachés et aiment notre journal, pour défendre notre titre et lui donner plus de force.

    Nous savons pouvoir compter sur votre soutien et nous vous en remercions par avance.

    Ensemble, faisons en sorte que notre histoire commune continue.

    Battons-nous pour faire vivre le pluralisme.

    C’est un combat de tous les instants, et plus que jamais la liberté d’expression doit être le solide ciment de toute démocratie.

    Liberté-Hebdo a toujours défendu et continuera de défendre le fait que toutes les sensibilités puissent s’exprimer, à la manière de Voltaire qui disait : « Je ne partage pas vos idées mais je me battrai jusqu’au bout pour que vous puissiez les exprimer ».

    Alexandre Basquin, directeur de publication et Bruno Saligot, directeur administratif et financier.


    votre commentaire
  • Samedi 22 juin à 11h,
    rassemblement à Lille
    place degeyter (métro Fives)
    contre l'austérité et la finance
    pour la 6ème république

    Le 5 mai à Paris, plus de 150 000 citoyens ont manifesté pour que cesse la politique d’austérité menée en France et en Europe, et pour que se construise une VIème République, sociale et irréprochable. Le changement proposé par François Hollande n’est pas au rendez-vous : Ça suffit comme ça ! Contre l’austérité et le chômage il faut une politique de relance, pas de rigueur. La République se doit aussi d’être celle du peuple, pas celle des banquiers et du MEDEF : il faut que les citoyens construisent dès maintenant la VIème République pour rééquilibrer les pouvoirs et conquérir de nouveaux droits.

    Soumission aux politiques d’austérité européennes, cadeaux fiscaux supplémentaires de 20 milliards d’euros pour les entreprises, vote de la « loi du Medef »... la politique du gouvernement amplifie la crise au lieu de la combattre. Une crise qui se traduit pour une part de plus en plus importante de notre peuple par l’explosion de la précarité et du chômage. Dans ce contexte, la récente affaire Cahuzac met en évidence cet insupportable fossé : sacrifices et austérité pour les uns, profits et évasion fiscale pour les autres !

    Des alternatives à l’austérité, c’est possible !

    Pour sortir de cette logique destructrice, il y a une urgence : celle d’un changement total , rapide et concret de cap pour mettre en œuvre une nouvelle politique résolument de gauche. Une politique qui réponde à l’attente populaire en termes d’emploi, de salaire, de service public, de logement. Une politique qui restaure le pouvoir démocratique des citoyens et s’attaque au pouvoir de la finance. Car le responsable de la crise est bien la finance. La solution, ne doit pas se limiter à une seule transparence de la vie politique. Il faut en finir avec la domination des marchés financiers sur toutes les activités de la société, sur tout notre système économique et institutionnel. Il faut en finir avec le dessaisissement organisé des citoyens, des salariés sur tous les grands choix qui engagent leur vie.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique