• Résultats du département (1er tour) :

    Télécharger « res-leg-1tour-nord.pdf »

    Résultats du 1er tour dans les circonscriptions de la section (1ère, 5ème et 11ème) :

    Télécharger « res-leg-1tour-circ-section.pdf »

    Résultats du second tour dans chacune des circonscriptions du Nord :

    Télécharger « res-leg-2tour-circ-nord.pdf »

     

    Suite aux résultats de ces élections, les communistes ont été appelés à voter sur l’éventualité d’entrer ou pas au gouvernement Ayrault. Ils en ont débattu un peu partout dans le pays et ont voté à une écrasante majorité leur refus d'entrer au gouvernement. Cependant, les termes de la motion qui accompagnait ce vote ont suscité quelques réactions...

    Intervention de  Nicolas MARCHAND à la Conférence Nationale du PCF – 20 juin 2012

    Trois remarques:

    1- Le rapport affirme que « le parti sort renforcé » de la période électorale qui vient de s'achever. La réalité est plus contradictoire que ça! Pourquoi refuser de traiter les contradictions?

    Il y a une contradiction entre des gains en voix et la perte de la moitié de nos élus ! Il faut analyser le réel, de façon dialectique, sinon l'analyse et les conclusions seront fausses. Prendre en compte le côté progrès, mais aussi le côté échec. D'autant que, je le rappelle, la promesse d'un progrès conséquent en élus aux législatives avait été présenté comme la contrepartie du choix de Jean-Luc Mélenchon pour la présidentielle.

    On doit analyser aussi cette particularité qui est peu relevée: c'est la première fois que notre score aux législatives est en recul sur celui des présidentielles !

    On ne peut pas tout renvoyer à des causes externes.

    Bien sur, il y en a; le facteur institutionnel, la bipolarisation ont joué, et cela appelle une bataille pour la démocratie.

    Mais attention: à n'invoquer que des causes externes, on débouche vite sur une conclusion d'impuissance: puisque ça ne vient pas de nous, on n'y peut rien ...

    C'est ce que fait d'ailleurs, dans une interview à Médiapart, le n° 2 du PG, François Delapierre:

    à la question « Est-ce que cela signifie qu’une dynamique comme celle du Front de gauche est irrémédiablement vouée à l’échec, dans le cadre des institutions de la Ve République ? », il répond: « Oui » !!!

    Lutter pour démocratiser la politique et les institutions, pour une 6eme République, oui; mais faire d'un « grand soir » institutionnel le préalable à une perspective, non.

    2- C'est pourquoi on ne peut pas dire seulement: « poursuivre et amplifier le Front de gauche ».

    Il faut continuer, c'est sur, d'une part parce qu'il y a des acquis, et aussi parce qu'il n'y a pas d'alternative.
    Mais l'expérience, les résultats font apparaître aussi des problèmes. Il faut les analyser pour voir ce qu'il faut changer, réorienter dans la mise en œuvre de la politique de Front de gauche.

    Je prends un fait, vu ce matin sur internet, et qui a sa manière témoigne d'un des problèmes:

    la page politique des infos d'Orange présente, pour illustrer un article sur le groupe parlementaire en cours de constitution, une belle photo d'André Chassaigne et Jean-Luc Mélenchon. Pourtant, dans l'article, pas un mot de Mélenchon, et pas de Mélenchon non plus dans la vidéo, qui est une interview d'André.[1]

    Cette manip médiatique est scandaleuse, mais elle reflète malheureusement un aspect problèmatique de la situation, la tendance, fut-ce malgré nous, à un effacement progressif du PCF, de sa perception comme force politique autonome existante.

    Alors n'ayons pas peur, pour l'avenir du Front de gauche, de procéder à une évaluation critique:

    -        continuer le Front de gauche, avec quelle autonomie réelle du PCF? Alors qu'il y a un risque d'effacement contradictoire à une amplification du Front de gauche (et aussi avec quels autres leaders, notamment communistes: la présidentielle imposait une personnalisation, mais pourquoi laisser perdurer cette situation, maintenant que la présidentielle est terminée).

    -        Continuer le Front de gauche, avec quelle ligne politique? alors qu'il y a, au sein du Front de gauche, chez certains de nos partenaires, chez JLMélenchon, une influence gauchiste contradictoire avec l'objectif d'un large rassemblement transformateur de toute la gauche.

    -        Continuer le Front de gauche, avec quelles propositions précises, alors que, si JLMélenchon a fait avancer certaines idées dans la campagne , néanmoins nos propositions les plus importantes pour la crédibilité, particulièrement sur les moyens financiers et les pouvoirs des salariés, n'ont pas été suffisamment mises en avant et expliquées.

    3- sur la question de la participation au gouvernement

    J'approuve la proposition de ne pas participer; on n'a pas le choix.

    Mais il ne faut pas s'en réjouir, comme peut en donner l'impression ce titre de l'Huma aujourd'hui, à propos de la consultation des communistes: « participer au gouvernement, une idée qui ne fait pas recette »! Le message d'un tel titre, ce n'est pas « on décide de ne pas participer, mais on reste disponibles et on va se battre pour que ca évolue », c'est « rassurez-vous on n'y va pas ». 

    J'y vois le témoignage d'une certaine confusion, faute du débat préalable, qui nous aurait permis de faire de cette question, notre volonté de créer les conditions d'une politique à la mise en œuvre de laquelle nous aurions pu participer, un argument électoral.

    Faute de cela, nous avons été dominé pendant toutes les campagnes par l'affirmation structurante de JLMélenchon selon laquelle il ne participerait à aucun autre gouvernement que celui qu'il dirigerait. Je pense que cela a plu aux gauchistes, mais renvoyé beaucoup d'électeurs au vote « utile », dès les présidentielles en fin de campagne, et aux législatives.

    Maintenant, je pense qu'il est bien de ne pas mettre un point final après notre décision de ne pas participer, de dire que nous restons disponibles; mais pour ne pas le dire d'une façon formelle, je propose de préciser que « nous travaillerons à en faire avancer les conditions en liaison avec les luttes ».[2]


    [2]    J'ai présenté cette proposition, comme amendement au projet d'appel. Elle a été refusée par le rapporteur, sans qu'un débat soit possible. Mais j'en ai retrouvé l'esprit dans le discours de Pierre Laurent, précisant notamment à propos des raisons motivant notre décision de ne pas participer au gouvernement: « nous voulons créer les conditions pour que cette situation change...Nous agirons pour changer cette situation...Nous ne considérons pas que la situation soit figée. »

     


    votre commentaire
  • C'est au parlement que se fera le vrai changement

    les députés sont les premiers élus de la nation, chargés de faire la loi et de contrôler son exécution, d’élaborer et de voter les règles et objectifs que le pays se fixe tout en surveillant leur mise en œuvre par le gouvernement. C'est à l'assemblée que se votent les lois, pas à l'Elysée. C'est pourquoi les élections législatives des 10 et 17 juin sont essentielles.  

    Les députés communistes et du Front de gauche seront indispensables pour réussir le changement.
    Déjà, la haute finance s’organise, s’arc-boute pour faire barrage au changement, les marchés financiers se préparent au chantage. Avec le vote Front de gauche, avec nos candidats, nos députés, nous aurons plus de force pour vaincre ces résistances. Salaires, retraites, interdiction des licenciements boursiers, sécurité d’emploi et de formation, promotion du renouveau industriel et planification écologique, refus du Traité Sarkozy-Merkel et refonte d’un nouveau traité, relance des services publics, rétablissement d’un haut niveau de protection sociale…
    Qui osera les changements nécessaires si les députés du Front de gauche ne sont pas assez nombreux ?

     

    Il faut voter Front de gauche pour battre la droite et l'extrême droite.
    Si la droite remportait la majorité à l’Assemblée nationale, on irait vers une cohabitation avec un premier ministre issu de l’UMP. et comme c'est au parlement que se votent les lois, François Hollande, tout président qu'il est, serait obligé de laisser mener une politique de droite, celle-là même Français ont refusée aux dernières présidentielles.
    Par ailleurs, le Front national espère jouer les trouble-fête et Marine Le Pen caresse l’ambition d’une entrée du FN au Parlement. Les législatives doivent marquer un coup d’arrêt à ces néfastes ambitions. Tout doit être fait pour empêcher l’élection de députés Front national à l’Assemblée. Avec le Front de gauche, nous appelons toutes les forces de gauche et démocratiques à y travailler.
    Enfin, comme pour la présidentielle, et malgré la victoire de François Hollande, le Parti socialiste n’est pas en position de gagner seul les législatives. La victoire de la gauche n’est possible qu’avec le Front de gauche. Comme à la présidentielle la dynamique du Front de gauche est un élément important pour faire barrage à la droite et l’extrême droite.

     

     Dans une majorité de gauche à l’Assemblée, un ou deux députés socialistes de plus, cela ne changera pas grand chose, mais 10 ou 20 députés du Front de gauche, cela changera tout. Une des garanties apportées par les députés du Front de gauche, et non des moindres, c’est qu'ils travailleront à l’élaboration des lois nouvelles avec et sous le contrôle des citoyens, des salariés, des premiers intéressés sur chaque dossier. Rien ne se fera dans le dos du peuple. Les députés du Front de gauche seront les garants de la transparence.

    Agissons ensemble

     Dans notre cinquième circonscription, soutenons les candidats communistes du Front de gauche : Bernard Debreu à Seclin et Enide Antoine à Haubourdin. Ensemble agissons, construisons le changement que nous voulons autour de politiques de transformations sociales et économiques toujours au service de nos concitoyens.

    Localement, voter pour Bernard Debreu et Enide Antoine, c’est leur donner les moyens d’améliorer votre vie au quotidien.

    • Assurer l’éducation de vos enfants : Bernard Debreu demande de surseoir aux suppressions annoncées pour la rentrée 2012  dans le primaire et les lycées de Seclin, Gondecourt, Haubourdin ainsi que d’empêcher la fermeture du CIO de Seclin et de l’Inspection Académique d’Annœullin.
    • Développer les transports collectifs (nous en avons assez d’être coincés dans les bouchons) et pérenniser la gratuité du transport pour les lycéens.
    • Garantir la santé pour tous : il faut le retour à 100% des remboursements des soins et médicaments y compris pour l’optique et les soins dentaires. Bernard Debreu demande aussi  de débloquer les 415 millions d’euros (16 pour notre région) qui ont été gelés par le gouvernement Sarkozy, mettant en péril le bon fonctionnement du CHU, de l’hôpital d’Haubourdin et du centre hospitalier de Seclin.
    • Favoriser l'accès aux maisons de retraite des personnes âgées démunies.
    • Assurer la sécurité de tous : Il faut développer la prévention par le redéploiement des équipes de proximité auprès des quartiers difficiles et pour cela recréer des emplois de police de proximité et recréer les commissariats d’Haubourdin et de Seclin.
    • Œuvrer pour l’égalité des femmes en favorisant ou en développant la création d'un pôle d'informations, en collaboration avec les associations existantes, pour écouter et aider les femmes en difficulté dans leurs démarches pour l'accès à leurs droits.
    • Protéger notre environnement, notre agriculture : nous devons protéger l’existant, développer encore le parc de la Deule, le parc des Périseaux, et protéger nos terres agricoles. Il faut encourager les exploitations locales par des contrats de commandes publiques (cantines, coopératives,...)
    • Favoriser l’accès aux loisirs, à la culture : Donner l'accès des infrastructures publiques à tous les jeunes scolarisés dans une commune. Proposer des spectacles et prestations qui sortent des autoroutes médiatiques et favorisent les artistes créateurs.

    ELECTIONS LEGISLATIVES : 10 et 17 juin 2012

    Pour garantir  un vrai changement

    C'est au parlement que se fera le vrai changement

    C'est au parlement que se fera le vrai changement

     

     

     

     

     

     

     

    Bernard Debreu et Enide Antoine             Joseph Demeulemeester et Béatrice Thellier
    Candidats de la 5ème circonscription       Candidats de la 1ère circonscription

    Besoin d'une parole forte à gauche !

    Avec la mise en place du gouvernement des premières décisions ont été prises. Parité au sein du gouvernement, charte déontologique, baisse du salaire des ministres et du président... Très bien. Après des années de présidence bling-bling le retour à des pratiques plus républicaines ne peut que nous satisfaire. Mais cela ne peut suffire.

    Changer !

    Les urgences du pays sont grandes,  les attentes de notre peuple importantes. Emploi, pouvoir d'achat, retraite, école, logement... l'action du gouvernement doit répondre  à ces  attentes. La gauche ne peut décevoir et se contenter de mesurettes pour ne pas déplaire aux marchés financiers

     Quel est le contenu du  changement dont nous avons besoin ?

     Une augmentation significative du SMIC et des minima sociaux ou un simple «coup de pouce»?

    Un référendum sur le traité Merkel-Sarkozy, ou le simple ajout d'un volet croissance  sans toucher au pacte  d'austérité budgétaire ?

    Une véritable volonté d'en changer le rôle de la BCE ou  une  simple déclaration d'intention?

    La volonté de s'attaquer aux marchés financiers ou tenter seulement d'en gommer quelques excès ??

    Ne rien lâcher !

    Ne nous faisons pas d'illusion, pour reprendre le pouvoir aux marchés financiers, mieux partager les richesses et les réorienter vers l’activité et l’emploi, il faut du courage et de la détermination.

    Il faut du courage et de la détermination si nous voulons qu’une  majorité de député-e-s de gauche à l’Assemblée Nationale adopte des lois qui répondent aux urgences sociales, écologiques et démocratiques.

    Il faut, pour réussir le changement, des mesures  qui portent  sur l'interdiction des licenciements boursiers, l'augmentation du SMIC à 1700 euros brut, redonner la priorité à l’emploi, l'école, la santé, le logement...

    L'humain d'abord

    Le Front de gauche, avec son programme l’Humain d’abord et son candidat commun Jean Luc Mélenchon, avec 4 millions de voix, a apporté une contribution décisive à la victoire contre Sarkozy.

    Le Front de gauche, c’est l’assurance d’une gauche qui assume ses responsabilités, avec un objectif « L’humain d’abord ». Un bon résultat national du Front de gauche au soir du 1er tour, un grand nombre de député-e-s au soir du second tour, .meilleurs seront les atouts d’un vrai changement

    Pour garantir le changement,  votez Bernard Debreu et Enide Antoine dans la 5ème circonscription et  Joseph Demeulemeester et Béatrice Thellier dans la 1ère circonscription (Loos)

    Dans nos circonscriptions Bernard Debreu et Enide Antoine, Joseph Demeulemeester et  Béatrice Thelliersont les candidats du Front de gauche.  

     A l'heure où il y besoin d'une parole forte à gauche, ils sont les candidats les mieux à même de garantir un vrai changement.



    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique